Une église abandonnée est transformée en parc de skate.

L'église Santa Barbara d'une petite ville du Nord de l'Espagne a été récemment le théâtre d'un changement intense. Construite en 1912, elle a été désertée et abandonnée en 1930 suite à une guerre civile.  

Youtube/mira hacia atras

Laissée aux vents et feuillages envahissants, la petite église est restée morte pendant plus de 70 ans. En 2000 cependant, un groupe de skateurs décide d'en faire un parc de skate hors du commun.

Youtube/mira hacia atras

Ce lieu rebaptisé Kaos Temple a été un projet de 12 ans, pendant lesquels un artiste espagnol, Okuda San Miguel, a investi l'endroit.

Youtube/mira hacia atras

C'est un projet d'une ampleur démesurée, mais cela ne l'a pas découragé.

Youtube/mira hacia atras

Il a travaillé 12 heures par jour pour en venir à bout ! Mais il est fou de cette église : "Je suis devenu complètement dingue des photos de la chapelle, à cause de cette incroyable symétrie. Quand j'ai vu les photos, je suis directement tombé amoureux."

Youtube/mira hacia atras

Les travaux ont été financé en partie par une campagne de financement lancée par l'entreprise Red Bull, charmée par l'énergie un peu rebelle de ce projet.

Youtube/mira hacia atras

Parce que oui, on oublie parfois que l'art ne se fait pas sans rien et qu'il faut des mécènes pour financer les créations. En tout cas, les vidéos faites au cours du projet font rêver.

Youtube/mira hacia atras

Youtube/mira hacia atras

Son art a fait de ce lieu sacré une galerie ahurissante, où se mêlent visages et géométrie.

Youtube/mira hacia atras

Les skateurs donnent à l'endroit une vie qui résonne, qui vibre, qui s'expose.

Youtube/mira hacia atras

Il est clair qu'en termes d'églises austère, on a vu pire ! 

Youtube/mira hacia atras

Youtube/mira hacia atras

Vous pouvez retrouver son interview en vidéo :

Un travail qui mérite notre admiration ! Cela donne envie de partir en vacances en Espagne rien que pour voir ça en vrai. N'oublions pas non plus que l'art de rue est maintenant considéré comme un art à part entière, et ce qu'on pouvait considérer comme des graffitis faits par des petits voyous se défend maintenant en tant que propriété intellectuelle.

Commentaires

Également féroce