Vivre dans un bunker : une femme emménage dans une maison souterraine

C'est fou, c'est un suicide tant sur le plan architectural que financier - et c'est justement pour cela que c'est si particulier. Lorsque Elizabeth Strutton achète sur un coup de tête un bunker abandonné sur la côte anglaise, elle se retrouve presque ruinée. Aujourd'hui, elle ne veut plus jamais vivre ailleurs.

En regardant autour de soi, on voit des prairies vertes, des champs déserts, l'horizon à perte de vue. Ce n'est qu'au deuxième coup d'œil que l'on remarque que d'étranges coupoles de verre s'élèvent de l'une des collines. C'est la maison d'Elizabeth Strutton : un ancien bunker d'écoute, resté vide pendant 60 ans et utilisé de temps en temps par un fermier pour stocker des pommes de terre.

Lorsqu'Elizabeth est tombée par hasard sur le bunker en 2007, elle était une jeune entrepreneuse en pleine ascension. Cette curieuse construction située dans un endroit grandiose devait être la cerise sur le gâteau de sa carrière. Un appartement de vacances qu'elle rénoverait tel un loisir. Depuis, elle sait à quel point elle était incroyablement naïve !

Elizabeth ne s'attendait pas à deux choses : le béton du bunker et la crise financière. Alors que les coûts de la transformation du bunker ne cessaient d'augmenter, les réserves d'argent d'Elizabeth s'évaporaient.

"Le projet de construction a été très difficile", raconte Elizabeth. Et ce n'est pas une exagération. Après tout, le bunker avait été conçu pour résister à un bombardement. De plus, aucune des entreprises de construction engagées n'avait l'expérience d'une telle construction : "Il a fallu plus d'un mois pour traverser le toit en béton et installer un système de gicleurs, nécessaire en raison du manque de fenêtres et d'escaliers de secours." Des tubes lumineux ont dû être creusés pour faire entrer la lumière du jour à l'intérieur. Sans parler de l'isolation nécessaire pour empêcher l'humidité de s'infiltrer sous la couche de terre d'un mètre d'épaisseur.

©YouTube/HGTV

Et puis, le marché financier s'est effondré. Les cours ont dégringolé et Elizabeth s'est retrouvée coincée dans son projet. "C'était un très mauvais timing", admet-elle. Elle a été contrainte de vendre ses autres biens immobiliers et de déménager entièrement dans le bunker.

Mais Elizabeth en a tiré le meilleur parti. Elle a mené à bien les travaux de rénovation et l'ancienne centrale d'écoute est devenue un sympathique bungalow avec trois chambres, deux salles de bains, des toilettes pour les invités et une grande cuisine-salle de séjour.

La cerise sur le gâteau reste toutefois le grand jardin et le paysage ouvert tout autour, dans lequel la maison verte sur la colline s'intègre comme dans un tableau. Quelques années après la pénible phase de construction, le bunker caché est un paradis pour Elizabeth : "Je ne savais pas dans quoi je m'engageais en prenant possession du bunker, mais je sais que je vis maintenant dans le meilleur endroit du monde." Isolé et sans fenêtres, le bunker est devenu pour Elizabeth une "forteresse magique".

Elle n'est toutefois pas complètement seule, même si le bunker semble être situé au bout du monde. Des membres de sa famille et des amis viennent constamment lui rendre visite pour profiter de ce lieu inhabituel. Même les inconnus qui ont entendu parler du projet d'Elizabeth passent régulièrement et ont parfois même des choses à raconter sur l'histoire du bunker. Et quand il n'y a pas de visiteurs, Elizabeth a toujours ses trois chiens : deux bassets et un berger allemand.

Parfois, une décision irréfléchie vous attache plus fortement à un projet que vous ne le souhaiteriez. Elizabeth est toutefois convaincue que tous ces efforts et ces sacrifices en valent la peine : "Parfois, la vie nous entraîne, mais en fait, je pourrais vivre ici pour toujours."

Vous pouvez également revoir la maison-bunker d'Elizabeth dans cette vidéo (en anglais) :

Pour découvrir d'autres histoires inspirantes de projets inhabituels, cliquez ici :

Source : dailymail

Image de couverture : ©YouTube/HGTV

Commentaires

Également féroce