Les Suédois s'implantent des puces dans les mains pour se débarrasser de toutes les autres

Si vous jetez une grenouille dans l'eau bouillante, elle saute immédiatement pour s'échapper. Alors que si on la met dans de l'eau tiède et qu'on augmente lentement la température, cette dernière ne remarque pas qu'elle est en train de cuire.

Cette métaphore peut aussi s'appliquer à nous-même et à notre chemin vers l'avenir. Bien que nous ayons à l'esprit les dystopies des films de science-fiction, nous ne sommes guère conscients que nos progrès scientifiques et technologiques nous y ont déjà mené depuis longtemps.

Un exemple de la façon dont notre présent ressemble à un film de science-fiction peut être trouvé en Suède depuis un certain temps déjà. Dans le pays scandinave, principalement connu pour le groupe de musique ABBA et IKEA, il existe déjà une fusion de l'homme et de la machine.

 
 
 
 
 
Sieh dir diesen Beitrag auf Instagram an
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ein Beitrag geteilt von Take Your Seat 🛫 (@shortcut_for_paradise) am

En réalité, les patients porteurs d'un stimulateur cardiaque ou d'une prothèse sont déjà appelés cyborgs, mais il y a un besoin médical à cela. Or, de plus en plus de Suédois voient leur corps techniquement amélioré et ce, sans nécessité médicale.

 
 
 
 
 
Sieh dir diesen Beitrag auf Instagram an
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ein Beitrag geteilt von Sandra Würthner (@sandra_wuerthner) am

Les Suédois peuvent transplanter une micro-puce dans leur main, entre le pouce et l'index. De la taille d'un grain de riz, cette dernière est destinée à remplacer toutes les cartes électroniques telles que les cartes de crédit, les abonnements de train, les abonnements mensuels ou même le badge pour le bureau.

Il est même possible d'enregistrer des profils de réseaux sociaux ou des liens redirigeant vers eux sur la puce.

Si la puce est scannée avec un smartphone ou un autre lecteur, le profil ou le lien s'affichent directement sur l'écran. Dans d'autres cas, la validité d'un ticket est vérifiée ou la porte s'ouvre, comme cela se produit avec les cartes et autres pass.

 
 
 
 
 
Sieh dir diesen Beitrag auf Instagram an
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ein Beitrag geteilt von Bendissimo Workman (@datmimeguy) am

Les puces implantées sont lisibles via Near Field Communication (NFC),  la même technologie qui est utilisée avec les cartes de crédit insérables. Lorsqu'elles sont activées par un lecteur à quelques centimètres de distance, les données sont transmises par ondes électromagnétiques.

Depuis 2017, les chemins de fer suédois offrent la possibilité d'utiliser la puce comme billet. En juin 2017, 100 à 200 passagers ont profité de cette offre. Regardez comment cela fonctionne dans la vidéo suivante :

Ces puces sont "passives", ce qui signifie qu'elles peuvent être lues, mais qu'elles ne peuvent lire elles-même aucune information. Les puces n'ont pas de GPS, mais elles peuvent en être équipées, ce qui leur permettrait - et donc à la personne qui les porte - d'être localisées.

Au total, en fin d'année dernière, environ 4 000 Suédois se sont fait transplanter une puce dans les mains - et la tendance est en plein expansion.

La puce coûte environ 160 euros, pose incluse. De nombreuses entreprises offrent même ce service gratuitement à leurs employés, souvent lors des fêtes d'entreprise - des "fêtes d'implant", en somme.

Cette vidéo montre le processus d'implantation. La puce n'est visible que si l'on appuie dessus (voir l'image suivante).

 
 
 
 
 
Sieh dir diesen Beitrag auf Instagram an
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ein Beitrag geteilt von Bendissimo Workman (@datmimeguy) am

Il existe, bien sûr, des critiques à ce phénomène : cela soulève la question de la protection des données personnelles ; les données sur la puce pourraient être lues involontairement et utilisées à mauvais escient ; les entreprises pourraient utiliser les puces pour contrôler et surveiller leurs employés ; les effets de l'implant sur le long terme ne sont pas encore connus.

 
 
 
 
 
Sieh dir diesen Beitrag auf Instagram an
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ein Beitrag geteilt von Sandra Würthner (@sandra_wuerthner) am

En fin de compte, chacun doit décider par lui-même si cette intervention et les risques qu'elle comporte valent vraiment la peine de ne plus avoir à transporter et à retirer de cartes en plastique, à échanger des données de contact ou à pouvoir allumer des ordinateurs via un simple mouvement de la main.

Environ 4 000 Suédois ont opté pour la puce. Quelle est votre opinion sur le sujet ?

Commentaires

Également féroce