Développement durable : 5 mythes largement répandus passés à la loupe

De plus en plus de gens éprouvent un réel besoin de vivre d'une manière écologiquement durable. Dans leur vie de tous les jours, ils souhaitent apporter au moins une petite contribution contre la pollution et le réchauffement climatique.  

Malheureusement, de nombreuses fake news et inepties circulent et ont exactement l'effet inverse. Dans cet article, 5 de ces mythes font donc l'objet d'un fact checking :   

Mythe n° 1 : Les sacs en coton sont plus écologiques que les sacs en plastique

Les sacs en plastique n'ont pas une bonne réputation. À juste titre. Mais les sacs en coton ne sont pas automatiquement plus écologiques. Parce que le coton consomme beaucoup de ressources et d'énergie dans sa production. La culture du coton utilise plus de pesticides que presque tous les autres secteurs. À cela s'ajoute le poids des sacs, qui augmente la charge en CO2 pendant le transport. Ce n'est que lorsqu'un sac en coton a été utilisé plus de 30 fois qu'il devient plus écologique qu'un sac en plastique jetable classique.

NEW Unicorn tote bag by Sirena con jersey.

Les sacs en plastique réutilisables robustes sont beaucoup moins chers. Comme ils sont souvent fabriqués à 90 % à partir de matériaux recyclés, ils surpassent l'éco-bilan des sacs jetables après seulement 5 utilisations.

Au passage, les sacs en papier ne sont pas mieux, loin de là. Des produits chimiques nocifs sont nécessaires à leur production et leur poids est également relativement élevé, de plus ils finissent généralement à la poubelle après seulement quelques utilisations. Ils ne présentent pas d'avantage perceptible par rapport aux sacs en plastique.

Conclusion : les sacs de coton qui sont souvent utilisés font l'affaire. Cependant, les sacs en plastique réutilisables sont plus durables.

IMAG0079

Mythe n° 2 : Les bouteilles en verre sont plus écologiques que les bouteilles en plastique

Ici aussi, le plastique est un problème pour l'environnement, mais l'alternative n'est pas forcément meilleure. La production de bouteilles en verre est extrêmement énergivore. En outre, le poids beaucoup plus élevé doit encore une fois être pris en compte pour le transport.

On pourrait penser que les bouteilles en verre consignées sont l'option la plus respectueuse de l'environnement.

Mais cela dépend d'où viennent ces bouteilles et de qui les achète. Si la bouteille doit traverser tout le pays, cela ne présente aucun avantage par rapport aux bouteilles en plastique classiques.

Les bouteilles en verre non consignées - comme celles utilisées pour le vinaigre, le ketchup ou le vin - ont des résultats encore plus mauvais. Sauf si ce sont vraiment des produits régionaux. Même les légumes en bocal sont généralement moins écologiques que les légumes en conserve, par exemple.

Conclusion : le verre ne montre ses avantages que lorsque les voies de transport sont courtes. Préférez donc les produits régionaux.

Bokeh-Cola - Day 151/365

Mythe n° 3 : Le "bio" est plus sain

De nombreuses personnes associent le label "bio" à des aliments plus sains. Mais  aucune étude n'a jusqu'à présent démontré que les produits biologiques ont un avantage direct sur les aliments conventionnels. Les produits biologiques contiennent des substances nocives pour la santé en moindre quantité. Mais les substances présentes dans les aliments conventionnels le sont en quantité inoffensive pour la santé. 

Tous ceux qui préfèrent jouer la sécurité sont bien avisés d'utiliser des produits biologiques. En matière de santé, cependant, le mode de vie est particulièrement important : alimentation équilibrée, peu de viande, beaucoup d'exercice, peu de stress, pas de tabagisme. En règle générale, c'est tout aussi efficace avec des produits bio ou sans.

Reste la question des nutriments et des effets indirects sur la santé : les fruits et légumes biologiques proviennent souvent de cultures régionales parce qu'ils ne peuvent être stockés trop longtemps. Par conséquent, les aliments sont souvent plus frais et contiennent plus de nutriments. Les distances de transport plus courtes ont également un effet positif sur la qualité générale de l'air. Cependant, cela s'applique également aux fruits et légumes régionaux issus de l'agriculture conventionnelle.

Conclusion : en principe, vous pouvez aussi mener une vie saine sans produits biologiques si vous faites attention aux aspects concernant votre mode de vie mentionnés ci-dessus.

Einkaufswagen in ALDI: Gesunder Einkauf mit Obst und Gemüse

Mythe n° 4 : Le "bio" protège l'environnement et le climat

L'agriculture biologique nécessite plus de terres arables pour le même rendement que l'agriculture conventionnelle. L'espace supplémentaire nécessaire pour la salade biologique pourrait plutôt être utilisé de manière plus écologique pour une forêt, par exemple. Les effets positifs sur la consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre sont également annulés par l'extension des surfaces cultivées.

En outre, l'utilisation de pesticides "naturels" dans l'agriculture biologique fait l'objet de critiques répétées. Bien que les agents chimiques puissent être utilisés très spécifiquement contre certains ravageurs, les biopesticides ont souvent un effet à large spectre. Ils peuvent donc aussi nuire à d'autres organismes vivants dans les champs.

Néanmoins, l'agriculture biologique devance toujours l'agriculture conventionnelle. Les agriculteurs biologiques recherchent généralement des variétés plus robustes et plus variées, ce qui signifie que moins de pesticides sont nécessaires dans l'ensemble. La production biologique présente également des avantages dans l'élevage : En supprimant l'élevage de masse, on produit moins de lisier par mètre carré, ce qui est bon pour le sol et l'eau. Grâce à un élevage adapté à l'espèce, les animaux restent également en meilleure santé et nécessitent moins de médicaments qui risquent ensuite de s'infiltrer dans les eaux souterraines. Et le fait qu'une vache préfère gambader dans une prairie plutôt que dans une étable de 2 m2 peut certainement aussi être considéré comme un avantage.  

Cependant, l'agriculture "biologique" n'est réellement respectueuse de l'environnement que lorsque la consommation de viande et de produits d'origine animale tels que le lait, les œufs et le fromage diminue globalement. Malgré les avantages de l'agriculture biologique, le nombre d'animaux nécessaires pour répondre à la demande actuelle dans les pays occidentaux est encore bien trop importante pour être respectueuse de L'environnement.

Conclusion : les labels biologiques ont leur légitimité. Toutefois, ils ne peuvent pas complètement compenser les problèmes découlant de la demande élevée de nourriture animale.

Neue einheitliche Kennzeichnung auf Fleischverpackung durch den Haltungskompass zeigt hier Premium-Sufe 4 mit Bio-Hackfleisch

Mythe n° 5 : Les voitures électriques ont le meilleur bilan écologique

Les avantages des voitures électriques, essence ou diesel font l'objet d'un grand débat. Ici aussi, la cause réside dans le fait que l'analyse du cycle de vie est calculée sur la base d'un grand nombre de facteurs. Et pour un produit à la structure extrêmement complexe - par rapport à une bouteille en verre ou à un sac en coton - comme une voiture, c'est encore plus vrai.

Berlin - Potsdamer Platz - E-Mobility-Charging

Il est bien connu que l'électricité utilisée par les voitures électriques ne sort pas simplement de la prise. Si l'électricité provient principalement de centrales au charbon, les émissions de CO2 des voitures électriques sont plutôt médiocres. De plus, la production de batteries nécessite beaucoup d'énergie et de matières rares, dont la dégradation est très dommageable pour l'environnement. L'élimination des batteries usagées est tout aussi préoccupante.

La production, l'efficacité, les performances, les émissions directes et indirectes, la durée de vie, le type d'utilisation, les infrastructures et la valorisation doivent donc être inclus dans le calcul. Néanmoins, la plupart des études montrent que les voitures électriques ont un cycle de vie plus favorable que les voitures essence ou diesel. Toutefois, deux conditions doivent être réunies pour que cela se produise : d'une part, la transition vers les énergies renouvelables doit être réussie et, d'autre part, le trafic ne doit pas augmenter davantage. Il est à craindre que de nombreuses personnes, croyant monter à bord d'un véhicule "propre", utilisent également la voiture électrique sur des distances plus courtes qu'elles auraient fait avec les transports publics ou à bicyclette.

Les véhicules électriques ne sont pas la panacée pour rendre la circulation écologique. Une ville digne de ce nom a besoin de plus de transports publics, de plus de vélos et de distances plus courtes entre le lieu de travail, le domicile et les commerces.

Conclusion : dans les grandes villes, il est préférable de faire du vélo plutôt que de passer à la mobilité électronique.

cross-way ( #cc )

Un mode de vie plus durable est un pas important vers la protection de l'environnement et du climat. Cependant, il est important de ne pas porter de jugements hâtifs, mais d'être conscient de ce qu'on peut faire dans ce sens.

Dans de nombreux cas, consommer de façon un peu plus sobre, préférer des aliments frais et régionaux et la bonne vieille bicyclette sont plus efficaces que tous les labels "écologiques" réunis.

Commentaires

Également féroce