Des photos montrent ce que les enfants du monde entier mangent en une semaine

On est ce que l'on mange. C'est ce qu'on dit. Mais est-ce vrai ? Dans quelle mesure notre alimentation reflète-t-elle réellement notre personne et notre culture ? Pour répondre à cette question, l'Américain Gregg Segal a photographié des enfants du monde entier avec ce qu'ils mangeaient en une semaine.

Pendant 3 ans, Gregg a photographié 60 enfants de 9 pays, qui figurent désormais dans son livre Daily Bread: What Kids Eat Around the World (Pain quotidien : ce que mangent les enfants dans le monde).

En 2016, il a commencé à photographier son fils et ses amis avec leurs repas. En 2017 et 2018, il s'est rendu en Inde, en Malaisie, en Allemagne, en France, en Italie, au Brésil, au Sénégal et aux Emirats Arabes Unis.

pint0

Outre la barrière de la langue, le plus grand défi du projet était que les enfants devaient tenir un journal intime de ce qu'ils mangeaient en 7 jours et que le jour de la séance photo, les cuisiniers devaient préparer tous les plats le plus rapidement possible.

Mais Gregg pouvait compter sur ses équipes au sein des pays pour rester en contact avec les enfants et leur fournir la nourriture. Cependant, Gregg a dû financer la majeure partie du projet de sa poche.

Mais l'effort en valait la peine. Non seulement les photos sont intéressantes, mais ce qu'elles montrent en dit long. Non seulement elles parlent des enfants, mais elles donnent aussi une impression de la façon dont la nourriture est consommée et considérée dans le monde entier.

 
 
 
 
 
Sieh dir diesen Beitrag auf Instagram an
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ein Beitrag geteilt von Gregg Segal (@greggsegal) am

1) Greta (7 ans, Allemagne)

Greta vit avec sa mère et sa petite sœur à Hambourg. Quand elle est avec ses grands-parents, elle aime ramasser les châtaignes qui sont tombées de l'arbre du voisin. Elle adore manger du poisson pané et de la purée de pommes de terre.

Bien qu'elle mange du pain et quelques fruits, les aliments lourds comme la viande, les frites ou les nouilles et les sucreries sont dominants dans ses habitudes alimentaires.

pint1

2) John (7 ans, Allemagne)

Les enfants décident eux-mêmes ce qu'ils portent sur les photos. Comme le passe-temps de John est la boxe thaïlandaise et qu'il aime prendre son petit-déjeuner au lit, il a mis ses gants de boxe et s'est glissé sous la couverture.

John vit avec ses parents dans une banlieue de Hambourg. Par rapport à Greta, son menu diffère évidemment par la quantité, mais dans son cas, on trouve aussi énormément de produits industriels. Il adore le rôti de sa grand-mère et ne boit du soda que le week-end, sinon il n'a droit qu'à de l'eau.

pint2

3) Kawakanih (9 ans, Brésil)

Kawakanih, membre d'une tribu indigène qui vit dans un parc national dans le bassin amazonien, est le contraste le plus fort parmi les photographies de Gregg. Son alimentation se compose de poissons, de fruits, de noix et de plats à base de manioc.

Kawakanih est l'une des 7 seules personnes à parler la langue de sa mère au sein de la tribu. Elle parle aussi le dialecte de son père et le portugais. Bien que son village n'ait ni électricité ni eau courante, elle suit un cours d'informatique tous les deux ou trois mois pour lequel elle doit voyager 31 heures afin de s'y rendre.

Elle aime lire des livres d'histoire - de préférence sur l'Égypte ancienne - et aide à la récolte et à la préparation du manioc ainsi qu'à la pêche. D'après sa propre déclaration, elle n'a besoin que de 5 minutes pour attraper un poisson.

4) Henrico (10 ans, Brésil)

De la jungle brésilienne à la grande ville : Henrico vit dans un quartier distingué de la capitale Brasilia. Sa mère est productrice dans l'industrie du cinéma et de la publicité. Henrico et ses deux frères et sœurs sont choyés par la grand-mère et la servante.

Son plat préféré est la feijoada, un ragoût brésilien de haricots et de porc servi avec du riz. Henrico adore le soufflé au chocolat, le Toblerone, le Nutella, le Brigadeiro (spécialité brésilienne, une sorte de praliné aux truffes) et le pain grillé au beurre avec du chocolat en poudre.

Henrico est un fan de Star Wars, aime regarder Netflix, écouter Justin Bieber et Maroon 5 et a déjà joué à Little Big Planet, Lego Marvel et Escape 3.

pint4

5) Meissa (11 ans, Sénégal)

Dans une banlieue sablonneuse et sans arbres de Dakar, Meissa partage une chambre avec ses parents et son frère. Le lieu a été fondé dans les années 1970 pour créer un nouvel espace pour la population pauvre de la capitale sénégalaise.

La famille vit en face d'un stade de football et d'un grand marché où l'on propose des produits frais. Mais Meissa ne mange pas beaucoup, il se fait souvent des sandwichs qu'il remplit de nouilles, de petits pois ou de pommes de terre frites, par exemple.

pint5

6) Frank (8 ans, Sénégal)

Alors que Meissa vit dans une banlieue sablonneuse de la capitale sénégalaise, Frank vit avec son grand frère et son père, qui est directeur des ressources humaines, dans un quartier huppé de Dakar. Les parents de Frank sont divorcés et sa mère a malheureusement peu de temps à consacrer à son fils à cause de son travail.

Frank aime manger les fruits de l'arbre sur la terrasse et le poisson préparé par le Chef de la famille. Quand il ne regarde pas la télévision ou ne joue pas à la Play Station, la danse est son passe-temps favori.

pint6

7) Siti (9 ans, Malaisie)

Siti, ses parents et ses quatre frères et sœurs vivent dans la banlieue de la capitale malaisienne, Kuala Lumpur. Son père est vendeur de voitures, sa mère est une femme au foyer qui cuisine pour la famille et fixe les règles de la table : prière, pas d'eau avant et pas de conversations pendant le repas. En fait, il est rare que tout le monde mange ensemble parce qu'ils sont trop occupés.

Siti fréquente une école chinoise où elle apprend le mandarin. Elle pratique le Taekwando et aimerait avoir un iPad. Son plat préféré : les spaghetti à la carbonara.

Les petits contenants sous ses pieds sont de l'eau embouteillée qui est vendue dans des tasses avec du film alimentaire.

pint7

8) Anchal (10 ans, Inde)

Anchal vit avec ses parents et ses deux frères et sœurs dans une fonderie d'aluminium de 2,4 x 2,4 mètres sur un chantier de construction dans la banlieue de Mumbai.

Anchal adorerait vivre à la ferme où elle est née, où elle pourrait aller à l'école et devenir enseignante par la suite. Au lieu de cela, elle aide à faire le ménage et à s'occuper de son petit frère.

Bien que le père d'Anchal ne gagne que 4,50 euros par jour, cela suffit à sa mère pour préparer des plats tels que du curry de chou-fleur ou des lentilles fraîches. Comme la famille n'a pas les moyens de se payer de la malbouffe, elle mange plus sainement que beaucoup de familles plus riches.

pint8

9) Isaiah (16 ans, USA)

Isaiah vit avec sa mère dans la ville côtière californienne de Long Beach. Il joue de la batterie et de la flûte. Son idole est Eddie Murphy.

Il préfère manger du poulet frit à l'orange avec du riz. Sa mère ne lui permet pas de boire du soda. Après la séance photo, Isaiah a décidé de renoncer à toutes les collations à l'avenir.

pint9

10) Jesus (âge non spécifié, USA)

La mère de Jesus est arrivée du Mexique à Los Angeles alors qu'elle était adolescente. Il vit avec elle et ses deux sœurs aînées dans un appartement d'une pièce infesté de cafards et de rats. Son père a fondé une nouvelle famille ailleurs.

Jesus n'a pas le temps de déjeuner à cause de son trajet d'une heure pour aller à l'école, et parce que la nourriture à l'école n'est pas appétissante, il se contente de quelques fruits toute la journée. Ce n'est que pour le dîner qu'il y a un repas chaud préparé par sa mère.

Il est impliqué dans des associations d'aide aux sans-abri et de lutte contre la violence domestique et étudie actuellement les mathématiques et la psychologie à Harvard.

pint20

"Je me suis focalisé sur les enfants parce que les habitudes alimentaires se développent tôt. Et si vous mangez mal à l'âge de 9 ou 10 ans, il est difficile de changer ça avec l'âge ", explique Gregg. D'ailleurs, Daily Bread lui a appris deux choses selon lui.

Le premier est que la nourriture bon marché et rapide mène à une alimentation malsaine. En comparaison, les familles pauvres comme Anchal ont un "avantage" parce qu'elles n'ont tout simplement pas les moyens de se payer de la malbouffe.

D'autre part, les menus des enfants se ressemblent de plus en plus dans le monde entier, même si leur personnalité et leurs origines culturelles sont très différentes. "Ils vivent sur des continents très éloignés, mais c'est comme si leurs parents faisaient leurs courses dans le même supermarché", déclare Gregg.

Source:

boredpanda

Commentaires

Également féroce