Château de Picomtal : le parquet révèle son secret

C'est l'histoire d'un crime. Et d'un village qui aurait préféré garder ce crime secret à jamais. Il aurait réussi si une couche de parquet n'avait pas cédé et révélé le sombre secret sous le plancher du château adjacent.

L'histoire se déroule à la fin du XIXe siècle. Perché sur les pentes abruptes des Alpes, le petit château de Picomtal s'élève au-dessus du village de Crots. Le chemin de fer qui doit relier le village au reste du pays n'est pas encore construit.

1880

Mais les bouleversements qui accompagnent la modernité sont déjà palpables partout : les prix des denrées alimentaires grimpent en flèche et causent des difficultés à la population ; les jeunes émigrent. Ce qui reste, c'est une atmosphère oppressante entre haine, envie et désir de bonheur.

C'est alors que Joachim Martin, un menuisier de 38 ans, se voit confier la tâche de poser un nouveau parquet dans le château. Joachim y voit une occasion de faire un reportage sur ce que tout le monde connaît, mais dont personne ne veut parler dans le village.

©Wikipedia/Fr.Latreille/CC BY-SA 3.0

"Heureux mortel !" note-t-il, "Au moment où tu liras ceci, je ne serai plus." Mais ce n'est pas une lettre ou un journal intime sur lequel Joachim inscrit ces lignes. C'est l'arrière des planches de bois qu'il est en train d'assembler sur le sol. Joachim en est certain : lorsque ce parquet sera rénové, il sera mort depuis longtemps. Il est d'autant plus ouvert qu'il peut témoigner de ce qui se passe dans le village.

Parquet Versaillaises

En fait, ses notes n'ont été découvertes qu'en 2000, alors que d'importants travaux de restauration étaient en cours au château de Picomtal. Depuis lors, 72 morceaux de bois écrits au crayon ont été retrouvés ; 4 000 mots qui renferment des monstruosités.

"En 1868, je passais devant une étable à minuit. J'ai entendu des gémissements. C'était la maîtresse de mon ami d'enfance, qui accouchait," a-t-il écrit sur une planche. "Et l'étable deviendra immédiatement la tombe du bébé."

Benjamin, l'ancien ami de poseur de parquet, a tué l'enfant illégitime de ses propres mains. Mais cela ne s'arrêtera pas là. Au fil des ans, la maîtresse de Benjamin donne naissance à six enfants, dont quatre sont enterrés dans l'étable par le géniteur.

Joachim est choqué, mais ne peut révéler ce qu'il a vu à personne : la mère de son ami d'enfance est aussi la maîtresse de son propre père. De plus, le meurtre d'enfants répété est connu dans tout le village. Les gens n'en parlent simplement pas.

Tant de choses restent tues. L'omerta est à l'ordre du jour dans le village. Même lorsque Benjamin, le meurtrier d'enfants séduit la femme de Joachim, ce dernier n'a d'autre choix que de ravaler sa colère.

Høyonn i Vudduaunet (ca. 1905)

Ce n'est qu'au château, lorsqu'il coupe les planches du parquet, qu'il peut en rendre compte. Joachim n'écrit pas seulement sur les meurtres d'enfants, mais sur toutes les choses qui le rendent amer au village.

Par exemple, il y a le prêtre du village. Ce dernier se régale des détails les plus intimes dans le confessionnal - combien de fois, avec qui et dans quelles positions les gens ont des rapports sexuels ; ce qui satisfait qui, etc. Enfin, le prêtre est un également charlatan incompétent qui est responsable de la perte de l'œil d'un des fils de Joachim. "On devrait pendre ce porc !" enrage le menuisier.

Cependant, Joachim admet ne pas avoir été exempt de tout reproche. Pour la postérité, il écrit : "Soyez plus sage que je ne l'étais entre 15 et 25 ans, quand je ne vivais que pour l'alcool, ne faisais rien et dilapidais beaucoup."

Avec ses témoignages honnêtes qui ne mâchent pas leurs mots, le parquetier de Crots a laissé derrière lui un document unique. Ce qui est resté caché sous le sol du château de Picomtal pendant plus de cent ans offre un aperçu de la vie difficile et des secrets parfois sombres d'une population rurale déchirée au XIXe siècle.

For Jeff: Water Damage Pictures

Aujourd'hui, le Château de Picomtal est un merveilleux hôtel. On ne sait pas quels autres secrets se cachent sous le parquet. Car jusqu'à présent, seule une partie du sol a été renouvelée. On peut donc être curieux de savoir ce que Joachim Martin a encore à raconter. 

La vengeance est douce. Et la vengeance d'un artisan peut parfois traverser les époques.

Vous voulez connaître d'autres secrets ? Regardez ces articles :

Source : wort, bbc

Image de couverture : ©flickr/Kristine

Commentaires

Également féroce