7 conseils sexuels tirés d'un guide pour les épouses

Les rapports sexuels jouent un rôle important pour les humains depuis la nuit des temps. Si, aujourd'hui, l'accent est généralement mis sur le plaisir des personnes concernées, pendant longtemps, les rapports sexuels n'ont servi qu'à la procréation et à l'accomplissement des devoirs conjugaux. Les "conseils sexuels" bizarres du XIXe siècle montrent à quel point ce sujet était traité différemment il y a 200 ans.

L'ouvrage Instructions et conseils pour jeune mariée de Ruth Smythers, l'épouse d'un pasteur américain, est souvent cité comme une source de conseils absurdes dans ce contexte. Entre-temps, en raison d'incohérences historiques, l'authenticité du livre et l'existence de Ruth Smythers elle-même sont mises en doute. De nos jours, ce livre est néanmoins souvent offert en guise de cadeau de mariage pour une "femme intelligente".

Qu'ils soient authentiques ou non, les conseils cités dans l'œuvre Instructions et conseils pour jeune mariée dépeignent une partie de la réalité absurde qu'était la vie quotidienne dans les lits au XIXe siècle. À savoir que les femmes étaient considérées comme des êtres non sexuels qui ne faisaient que remplir leur devoir, tandis que les hommes, eux, étaient "pervers par nature". C'est du moins ce qu'a écrit le Dr William Acton dans son livre The Functions and Disorders of Reproductive Organs en 1857.

©BotMultichillT via Wikimedia Commons

Vous pouvez lire les conseils les plus étranges du livre de Ruth Smyther ici :

1. Faire la morte

Si le mari manifeste son désir, la femme doit faire la morte, c'est-à-dire ne montrer aucun mouvement. Si les rapports sexuels ne peuvent être évités de cette manière, ils doivent être pratiqués dans l'obscurité totale.

Au sens figuré, on peut dire que les femmes devaient autrefois "faire la morte" au lit. Après tout, il s'agissait rarement de leur plaisir, mais uniquement de la satisfaction de leur conjoint.

2. Changer de sujet

Si l'homme tente de séduire la femme avec une remarque obscène, la femme doit rapidement poser une question non sexuelle pour détourner le sujet.

En réalité, à l'époque victorienne, les "conversations salaces" d'aujourd'hui n'existaient pas officiellement. Il était mal vu pour un mari de chuchoter des choses obscènes à l'oreille de sa femme. Selon le Dr Acton susmentionné, le foyer, les enfants et les travaux ménagers étaient de toute façon les seules passions d'une femme. On peut toutefois se demander si tous les couples mariés respectent cette étiquette entre leurs quatre murs.

3. Pas trop souvent

Au début du mariage, une épouse avisée doit veiller à ce qu'il n'y ait pas plus de deux brefs rapports sexuels par semaine. Au fil des ans, elle doit veiller à ce que cette fréquence diminue.

Au début du XIXe siècle, les gens étaient d'avis que les pulsions des hommes devaient être réfrénées. Par exemple, il existait des corsets dits anti-masturbation qui étaient censés empêcher les hommes de se satisfaire. Selon les médecins, se masturber trop souvent favoriserait des maladies telles que la perte de cheveux et l'atrophie musculaire.

Headache and tired

4. Simuler un mal de tête

Pour maintenir la fréquence des contacts sexuels aussi basse que possible, on peut feindre la fatigue, les maux de tête ou d'autres maladies.

Cette excuse a survécu jusqu'à aujourd'hui. Tout le monde a certainement déjà entendu parler de cette "astuce". Pourtant, des études actuelles cherchent à savoir si le sexe ou l'orgasme pourraient soulager les maux de tête et les migraines.

5. Jamais nus

Une femme ne devrait jamais permettre à son mari de la voir sans vêtements. Et inversement, elle ne doit jamais permettre à son mari de se montrer nu devant elle.

La pudeur prévalait au XIXe siècle. La nudité était déshonorante, mais en revanche, des dessins montrant des actes sexuels explicites circulaient "sous la table".

©Luha via Wikimedia Commons

6. Attention à la perversion

Selon Ruth Smythers, tous les hommes sont des pervers et il faut les empêcher de se livrer à des pratiques sexuelles "dégoûtantes" : par exemple, embrasser le corps des femmes.

Les rapports sexuels étaient considérés comme un moyen de procréation, officiellement. Cela signifie que rien d'autre que la position missionnaire ne pouvait être pratiquée. Ce qui s'est réellement passé dans les lits est difficile à estimer aujourd'hui, car il n'en existe pratiquement aucune trace. Cependant, les dessins obscènes suggèrent que la pudeur ne s'appliquait qu'en apparence.

7. Pas de bisous sur la bouche

Si le mari essaie d'embrasser sa femme sur la bouche, elle doit tourner légèrement la tête. Le baiser atterrit alors sur la joue et le malheur est évité.

"Pendant longtemps, le baiser sur les lèvres a été considéré comme un précurseur de l'acte sexuel et était donc mal vu en public", explique la sexologue Ingelore Ebberfeld. 

©BotMultichillT via Wikimedia Commons

De nos jours, on ne peut que rire de ce genre de "conseils" et d'interdictions. Même si certains tabous doivent encore être brisés aujourd'hui en ce qui concerne la sexualité, on peut quand même être heureux de ne pas vivre à cette époque.

Sources : wunderweib, scilog.spektrum, wikipedia, sciencev1.orf

Images de couverture : ©pinterest/mentalfloss.com

Commentaires

Également féroce