Parler aux personnes atteintes de cancer : 10 phrases à éviter

Quand le diagnostic "cancer" tombe, les engrenages de la vie quotidienne se brisent soudainement. Le patient est exposé à une situation extrême, difficilement compréhensible de l'extérieur. Cela entraîne souvent une certaine incertitude dans l'environnement du malade. Les membres de la famille et les amis se demandent : Comment dois-je réagir ? Que dois-je dire au malade ?

Tout d'abord : il est souvent préférable d'être simplement là pour le malade que de lancer des phrases bien intentionnées. Les exemples compilés ici ont pour but d'aider les personnes extérieures à comprendre un peu mieux l'état émotionnel des malades.

1) "Tu es un(e) battant(e). Tu peux le faire."

Le défi à relever est la réponse de nombreux proches lorsqu'ils apprennent qu'un cancer a été diagnostiqué. Ils veulent dissiper la peur du malade et mobiliser ses forces pour la thérapie. Néanmoins, il faut être prudent avec de tels slogans de persévérance, surtout si le cancer a déjà progressé. Devoir être optimiste, même si les résultats s'y opposent de toute évidence, peut créer une pression extrême. Mais est-ce un échec parce qu'on ne peut plus lutter contre le cancer ? Est-ce une faiblesse que de vouloir juste pleurer et dire au revoir ?

"J'ai un cancer, mais je ne suis qu'un être humain", peut-on lire sur certains forums. Les membres de la famille et les amis doivent répondre à la personne concernée et saisir son humeur. Une phrase comme : "Peu importe ce qui t'attend maintenant, je suis là pour toi " est plus appropriée dans la plupart des situations.

Out of Surgery

2) "Laisse ça, je vais le faire pour toi."

Le cancer affecte tout le corps. Les malades sont donc dépendants des autres. Mais attention à ne jamais décider à la place du patient. De nombreuses personnes atteintes de cancer éprouvent des problèmes d'estime de soi : la grand-mère, qui s'occupait de toute la maison toute seule, a maintenant besoin d'aide ; le père, qui a toujours été admiré pour ses bras musclés, ne peut plus se rendre seul aux toilettes. Il n'est pas rare que les malades aient l'impression de n'être qu'un fardeau.

Il vaut mieux se demander comment on peut aider, et laisser de côté les choses que la personne malade peut encore gérer par elle-même.

Grandpa helps Wesley dish up Thanksgiving food

3) "Ça pourrait être bien pire."

Ce n'est pas parce qu'une personne n'a pas eu de chimiothérapie ou qu'elle a encore les deux seins qu'il faut parler de la "gravité" de son cancer. Le diagnostic par inspection visuelle de l'état du patient banalise la souffrance personnelle. D'autant plus que, outre la multitude d'effets secondaires physiques, il ne faut pas sous-estimer la charge psychologique de la maladie : peur pour soi-même ou inquiétude sur la façon dont la famille va continuer.

Tomas Krebs

4) "Toi qui as toujours vécu sainement."

La question du pourquoi n'est pas seulement inutile. Cela suggère également au patient qu'il est en quelque sorte responsable de sa maladie. Même si ce n'est pas ce que vous vouliez dire.

Dans la grande majorité des cas, c'est tout un ensemble de facteurs qui influencent la maladie. Une fois le cancer présent, il n'est pas très utile d'en étudier les causes. L'accent doit être mis sur le présent et le futur proche.

Rudern-gegn-Krebs-2015-034

5) "Tu ne dois pas te laisser abattre comme ça. Reste positif !"

Des mots comme "ça va aller" ou "regarde le bon côté des choses" sont parfois perçus comme une attaque par les personnes atteintes de cancer. "Ceux qui ne sont pas directement concernés ne comprennent pas qu'on ne peut pas TOUJOURS être positif si on est conscient des contraintes de la vie quotidienne", écrit une personne affectée. Une attitude optimiste peut effectivement avoir un effet sur le bien-être subjectif du patient. Cependant, la "pensée positive" imposée peut aussi devenir un fardeau : le patient se sent obligé de refouler ou de cacher ses sentiments négatifs.

Soyez là pour le malade, et encore plus lorsqu'il souffre. Encouragez-le quand il veut se redresser ; donnez-lui votre épaule quand il doit pleurer. L'apitoiement sur soi est tout à fait acceptable pour les patients atteints de cancer.

barb & me

6) "Mon voisin allait bien plus mal à l'époque."

Les comparaisons avec des connaissances qui avaient aussi le cancer sont aussi inopinées qu'elles sont inopportunes. Ai-je inconsciemment participé à un concours "qui souffre le plus", demande une femme dans un message sur un forum.

Talk of the day.. Brexit?

7) "Je ne sais pas quoi dire à ce sujet..."

Quand on parle aux personnes atteintes de cancer, il n'est pas toujours nécessaire que tout tourne autour d'un seul sujet. Si la personne ne veut pas en parler ou si vous ne savez pas quoi dire, parlez d'autre chose : la voiture cassée, les problèmes scolaires du plus jeune, le stress au travail. Après tout, la vie n'est pas seulement une question de maladie et les malades partagent toujours les soucis quotidiens de leurs amis.

Escape hospital to the pub!

8) "Le gui a très bien marché pour ma tante."

Chaque cancer est différent. C'est ce qui rend cette maladie si dangereuse et le traitement si difficile. Pour les patients, un diagnostic de cancer implique souvent l'acquisition d'informations sur un vaste champ d'expertise dans un délai très court. Dans cette situation, les rapports sur les personnes supposées souffrir et les méthodes de thérapie alternative créent souvent plus de confusion que de clarté.

Si vous avez le sentiment que le malade veut plus d'informations, demandez-lui comment vous pouvez l'aider dans sa recherche.

DSC_9636

9) "Les rayons détruisent tes os."

Ceux qui craignent pour leur vie ne prennent pas de décisions superficielles. Les conseils "sages" et les doutes de l'extérieur ne sont d'aucune utilité. Respectez les décisions que le patient a prises pour lui-même.

Sweet Love - 73 years of marriage! She's 93 ♡ He's 95!

10) "On ne voit plus du tout que tu avais un cancer."

"Parano comme je suis, j'entends toujours une sorte de reproche dans la phrase : Mais comment tu peux être malade ? Tu as l'air en pleine forme !", admet un internaute sur un forum. Mais même s'ils ont réussi à repousser la tumeur, la majorité des patients continuent à se sentir anxieux et angoissés. Le risque de rechute est plus élevé dans les premiers mois suivant la fin du traitement. En outre, il y a un effort physique extrême, des dommages possibles à long terme et des cicatrices psychologiques.

Réjouissez-vous avec le patient de ce à quoi il a survécu. Mais comprenez aussi qu'un retour à la normalité comporte de grands défis.

Lise Dua / Résidence: Rodchenko School of Photography and Multimedia Art, Moscou, Russie

Sur certains forums, beaucoup d'utilisateurs admettent avoir dit de telles phrases à des personnes affectées. Une femme a même accroché un bingo avec des phrases typiques au-dessus de son lit d'hôpital, une sorte d'avertissement humoristique ! Mais la chose la plus importante pour les proches est d'être compatissants et ouverts aux besoins réels du patient. "On peut s'en sortir ensemble", rend superflus beaucoup de dictons.

Commentaires

Également féroce